Centre for Life Sciences

Centre for Life Sciences

Rudy Uytenhaak Architectenbureau

Centre for Life Sciences

VOÛTE DANS LE PAYSAGE – MARIAGE ENTRE LA TECHNOLOGIE ET LA NATURE

Malgré l’apparence futuriste du Centre for Life Sciences, qui fait partie de la Faculté de Mathématiques et de Sciences Naturelles de l’Université de Groningue, le bâtiment se fond parfaitement dans son environnement rural. Le bureau d’architectes Rudy Uytenhaak a su combiner technologie et nature pour créer un bâtiment avec des façades high-tech en polyester et des toitures végétalisées. Le tout nouveau bâtiment universitaire fait partie du complexe Zernike, situé au nord de Groningue. Ce quartier, essentiellement composé de bâtiments professionnels et éducatifs, est en passe de devenir un campus vert, conformément aux plans du bureau d’aménagement urbain et paysager West 8. Le schéma urbain rigide va laisser place à une zone semi-piétonne, avec des chemins, des haies et des arbres, où chaque nouveau bâtiment sera affublé d’un « caractère individuel fort ». Le bureau Uytenhaak a créé un bâtiment imposant: la forme du Centre for Life Sciences rappelle une immense voûte qui s’ouvre sur la zone naturelle alentours. Mais les architectes ne voulaient pas créer un objet isolé ou une sorte d’Arc de Triomphe. Ils ont donc cherché à mettre en avant la beauté  du paysage dans leur utilisation des formes et des matériaux. Le bâtiment se compose de deux sections diagonales avec des toitures végétalisées qui sortent littéralement de terre. Du quatrième au neuvième et dernier étage, les deux sections sont reliées par un pont surplombant le parc. Cette construction tripartite influe sur l’organisation des trois secteurs de recherche: botanique, zoologie et études fondamentales.

ÉLÉMENTS DE FAÇADE PRÉFABRIQUÉS

L’architecte du projet Tanja Buis-Vitkova a également cherché à recréer un environnement « naturel » à l’intérieur des amphithéâtres, des salles de classe, des laboratoires et des bureaux. Pour ce faire, elle offre aux utilisateurs une vue dégagée sur les toitures végétalisées et le paysage, tout en privilégiant la lumière naturelle, par le biais de lucarnes notamment. La lumière naturelle joue également un rôle essentiel dans le cadre de l’économie d’énergie. Le contrôle climatique repose sur un système durable de stockage thermique souterrain combiné à une dalle béton réfrigérante. En tout état de cause, les façades vertes qui recouvrent la construction en acier sont le détail le plus saisissant du bâtiment. Les panneaux de façade translucides, spécialement développés pour ce projet, sont construits à partir de panneaux de polyester renforcés avec de la fibre de verre. L’architecte s’est appuyé sur la structure des fibres de verre blanches pour donner un aspect naturel à cette construction extrêmement moderne. Reynaers a participé à la phase préliminaire de ce projet en développant cette façade exceptionnelle en matériaux composites. Les éléments préfabriqués (3,3 x 3,6 m) devaient contenir plus de 1200 châssis de fenêtre en aluminium. Hors, non seulement les fenêtres présentent des poids différents, mais leur position varie également en fonction des éléments, car elles sont placées plus ou moins au hasard dans la façade. La principale difficulté dans ce projet a été de réaliser une connexion structurelle étanche entre les châssis et les panneaux de façade, en prenant en compte les effets des variations de température sur les éléments composites et les châssis de fenêtre.

COLLABORATION ÉTROITE

Le conseiller en matière de façade, l’architecte du projet Buijs-Vitkova et Reynaers ont travaillé main dans la main pour mettre au point une solution permettant une connexion emboîtable. Les agrafes en acier inoxydable fixées dans les ouvertures de fenêtre des panneaux composites permettent d’insérer en toute simplicité les éléments de façade en aluminium. Ce système de fixation permet également d’absorber les expansions et les contractions de la structure. Par ailleurs, le chevauchement des fenêtres et des panneaux empêche de voir l’intérieur du bâtiment depuis l’extérieur. Enfin, les butées en caoutchouc insérées dans les châssis extérieurs des profilés et le système d’évacuation interne garantissent l’étanchéité de la façade. Le nombre de châssis de fenêtres a été réduit à quatre éléments de façade (types A, B, C et D), basés sur le système ECO de Reynaers (ES 50). Le type A (3 268 x 600 mm) et le type B (3 268 x 800 mm), dont 486 et 465 unités ont été respectivement utilisées, présentent un vitrage fixe et isolant. Les versions C et D (119 et 134 unités) affichent les mêmes dimensions que les éléments A et B, avec des fenêtres à battant horizontal ou vertical. La consultation préliminaire des différentes parties impliquées dans le projet n’a pas influencé la seule qualité structurelle du bâtiment. Le fait d’impliquer Reynaers dès le début du processus a permis au client de réaliser des économies considérables. En outre, la participation de Reynaers se manifeste également dans les détails épurés de la façade, sur laquelle repose la qualité esthétique du design.

Fabricant: 
Rutolux
Architecte: 
Rudy Uytenhaak Architectenbureau
Lieu: 
Groningen, Pays-Bas View on map
Photographe: 
Wim Tholenaars
Systèmes Reynaers utilisés: