Notre engagement envers l'aluminium bas carbone

Inévitablement, l'électricité est nécessaire pour produire de l'aluminium. Mais nous pouvons choisir la source d'énergie à partir de laquelle l'électricité est produite. C'est une décision qui a un gros impact sur l'empreinte carbone. C'est pourquoi nous avons conclu des accords avec nos fournisseurs. Nous ne voulons plus acheter d'aluminium produit avec des sources d'énergie polluantes, comme le charbon. Nous privilégions des sources d'électricité renouvelables et durables. Cette énergie électrique joue un rôle important dans la production primaire d'aluminium.

L'industrie de l'aluminium tend constamment à réduire l'empreinte carbone de la production d'aluminium. Une grande partie de cette empreinte carbone est liée au besoin d'électricité dans le processus de production. Globalement, l'empreinte carbone de l'aluminium est supérieure à 10 kg CO2 / kg aluminium (voire jusqu'à 20 kg CO2 / kg aluminium). L'aluminium utilisé en Europe a actuellement une moyenne de 8,6 kg CO2 / kg d'aluminium. La majorité de ce CO2 est attribuable à la source d'électricité. En utilisant de "l'électricité verte", l'empreinte peut chuter à 4 kg. C’est ce que nous appelons «l’aluminium à faible teneur en carbone» ou «aluminium bas carbone». Aujourd'hui, la plupart de l'aluminium à faible teneur en carbone est produit par l'électricité produite par des centrales hydroélectriques.

Réduire la consomation électrique par tone d'aluminium

Le procédé Hall-Héroult, un procédé électrolytique, est utilisé pour transformer l'oxyde d'aluminium en aluminium primaire. Il n'existe actuellement aucune alternative viable à ce processus. Cependant, des progrès continus ont été accomplis au cours de plus de 110 ans d'histoire du traitement de l'aluminium pour réduire la quantité d'électricité utilisée. Au cours des deux dernières décennies, l'efficacité énergétique du procédé Hall–Héroult a été améliorée de 20%. L'accent mis sur l'amélioration de la consommation d'énergie au cours de ce processus reste une priorité absolue, car cela représente un pourcentage élevé du coût de la production d'aluminium.

Les futures innovations mènent à moins de CO2

De nouvelles technologies garantissent que «l'impact résiduel» peut encore diminuer. Différentes entreprises de fabrication du monde entier travaillent sur de nouvelles techniques révolutionnaires pour réduire davantage l'impact du CO2 dans la production d'aluminium. L'une des techniques consiste à remplacer les anodes en carbone dans le processus électrolytique par un matériau céramique. Seul de l'oxygène est émis. Cela réduit les émissions directes de carbone à presque zéro, s'il est utilisé en combinaison avec une électricité neutre en carbone. Ces innovations sont recherchées dans le monde entier, en étroite collaboration avec les instituts et associations.

Reynaers Aluminium est un membre actif de European Aluminium. Cette organisation est fortement engagée à améliorer l'impact. Ils ont publié leur vision 2050 avec des objectifs clairs.

Objectif clair sur l'aluminium durable

Dans un avenir proche, il y aura de plus en plus d'améliorations dans l'efficacité énergétique du processus de production d'aluminium. Nous l'attendons avec impatience, car cela nous permettra d'avoir encore plus d'impact sur l'impact global du cycle de vie de l'aluminium. Nous avons un engagement clair envers l'aluminium durable.

Cela signifie investir dans :

  •    l'aluminium bas carbone
  •    le recyclage de l'aluminium
  •    les améliorations futures pour réduire l'empreinte carbone


Il garantira une réponse aux besoins en aluminium pour les générations actuelles et futures.